Vous et Votre Mac #167

   
 
 
 

 

 
 





Vous et Votre Mac #162

ACTUALITÉS

TRUCS, ASTUCES & SOLUTIONS
• Utiliser Aperture sous Catalina ! • TROUVAILLE : Background Sound (Réglage audio à discrétion). • Gestion de fichiers dans le Finder. • Compter les signes dans LibreOffice, Pages et TextEdit. • TROUVAILLE : Raw Right Away (Aperçu QuickLook pour les fichiers Raw). • iMovie X : sélectionner une portion d’un plan. • Gestion des accessoires et appareils Bluetooth. • Validation Système par Apple Watch. • Envoyer des SMS depuis son Mac. • TROUVAILLE : Batteries for Mac (utilitaire). • Utiliser un MacBook avec le clavier fermé. • Photos 5 : afficher les noms originaux des fichiers. • Aide-Mémoire : transfert de Mac à Mac. • TROUVAILLE : Loads of Folders (utilitaire). • Recherche avancée dans LibreOffice. • iMovie X sur Mac et iMovie sur iOS/iPadOS : tout sur l’incrustation sur fond couleur unie.

• Catalyst : l’alchimie d’Apple ne produit pas encore de pépites !
Que valent les premières applications iPad qui débarquent sur Mac via le « portage » Catalyst ? Nous en avons testé six… pour un bilan qui reste aujourd’hui très mitigé.

• Zoom sur iPadOS
Apple commence à doter ses tablettes de spécificités qui les rapprochent peu à peu des environnements « de bureau », sans toucher aux fondations. Pour l’instant, iPadOS est un iOS 13 optimisé pour grands écrans, à l’aide d’emprunts à macOS.

• Faire ses emplettes en ligne sur Mac et les payer avec Apple Pay.
Les Mac n’ont pas de puce NFC, cela ne leur interdit pas l’utilisation d’Apple Pay ! De toute évidence, pas en magasin. Même avec un petit MacBook Air, ce ne serait pas évident de régler lors du passage en caisse ! Sur Mac, comme sur iPad, Apple Pay sert aux achats sur Internet. Les sites qui acceptent Apple Pay sont de plus en plus nombreux !

macOS : les extensions prennent du poids sous Catalina.
Méconnues, les extensions de macOS offrent parfois des « services » riches et importants. Le panneau Extensions n’est pas forcément incontournable (il y a d’autres manières d’activer/désactiver, et de gérer les extensions sur Mac), mais il va prendre de l’importance au fur et à mesure qu’Apple multiplie les passerelles entre les applications et le système, tout en évitant que cela ne devienne chaotique. Avec Catalina, de nouvelles sections d’Extensions sont apparues.

Ne laissez pas le correcteur de macOS dicter sa loi !
Corrections automatiques et parfois intempestives, soulignage systématique des erreurs de saisie… certains utilisateurs aiment les fonctions de correction de macOS, d’autres les détestent, mais au final personne ne sait vraiment comment les adapter à ses besoins. Explications…

• Voyager et passer serein les frontières
Ces dernières années, les contrôles aux frontières de certains pays se sont considérablement durcis. Il devient nécessaire de sécuriser ses matériels, ses données et les documents privés (médicaux, financiers) et professionnels, afin de garantir leur confidentialité.

PRATIQUES EXPRESS
Calendrier : Redécouvrez les fonctions peu évidentes.
Time Machine : N’oubliez pas de réaliser une sauvegarde !
TweetDeck : Multipliez les perspectives sur vos flux Twitter grâce aux colonnes.
Keynote pour Mac : Créez une frise chronologique.
Photos pour Mac : Ajustez les couleurs à votre goût.
• iMovie X pour Mac : Manipuler les plans avec maestria.

SÉLECTIONS, NOUVELLES APPS & MISES À JOUR
Apple Airpods pro
Avec cette troisième version de ses écouteurs, Apple change sensiblement de design et apporte d’importants raffinements, comme la réduction active du bruit et l’égalisation adaptative. Le prix grimpe de 50 €, mais les premiers utilisateurs sont ravis de leurs écouteurs 100 % sans fil.

HDRtist 2 (Photographie numérique).
GarageBand pour iOS (Musique, audio).
Audirvana Remote (Télécommande pour Audirvana) et SlideNotes (Notes rapides).
Microsoft ToDo 2.5 (Gestion de tâches).
Margin Notes et Liquid Text (Pour travailler avec des documents PDF).
DxO PhotoLab 3 (Photographie numérique).
MacScan 3.2 (Utilitaire Antimalware).
VueScan (Gestion universelle de scanneurs).






 

Edito du numéro

Ces dernières semaines, je me suis beaucoup intéressé aux premiers produits issus de l’alchimie Catalyst. Alchimie ? Rien de moins que cela puisqu’il s’agirait, selon Apple, de transformer de façon « simple et rapide », des apps iPad en applications « natives » macOS. Parlant d’alchimie, Apple n’en est pas à son coup d’essai ! Elle a déjà plusieurs fois joué le tour aux développeurs et aux utilisateurs. Souvenons-nous… Compatibilité Carbon, pour faire tourner comme par magie les applications du « vieux monde » dans le tout nouvel OS X. Compatibilité PPC pour Mac Intel. Support des apps 32 bits jusqu’à Mojave… Des ingénieurs, dans des laboratoires secrets de Cupertino, se livrent depuis toujours à ces mystérieuses distillations. Les premières apps Catalyst arrivent discrètement le marché. Normal, les développeurs ont vite vu que l’affaire ne se résumerait pas à « une case à cocher », comme le marketing d’Apple le claironne. Quand on met la main sur les premiers résultats proposés par les développeurs les plus courageux à sortir du bois, ou les plus opportunistes, on se dit qu’il n’y a effectivement aucune raison de se précipiter. Le chemin va être long et parsemé d’embûches.
Les applications Catalyst trahissent immédiatement leur origine, mais ce n’est pas ce qui me gêne. Il y a de très belles applications iPad ergonomiques et performantes. Le problème est que ces applications Catalyst s’insèrent, pour l’heure, médiocrement dans l’environnement Mac – qui a pourtant accueilli depuis toujours des applications expérimentales aux interfaces parfois très exotiques. Ensuite, ces premières applications n’apportent rien au marché Mac. De la petite trentaine déjà disponible, aucune n’est vraiment justifiée. Certains commentateurs pensent que Catalyst n’aurait pas comme seul objectif d’ajouter de nouvelles applications au Mac App Store. Il y aurait une stratégie secrète qui ne serait pas étrangère au futur MacBook Air, basé sur des processeurs « maison », un portable attendu en 2020, au pire en 2021. Catalyst pourrait alors servir à avoir, dès le lancement du premier portable ARM d’Apple, quelques centaines d’applications prêtes à fonctionner. J’ai du mal à suivre l’argumentaire, mais je ne suis pas un technicien. Quoiqu’il en soit, si jamais lien secret il existe, il faudra pour que ce nouveau Mac séduise des clients, que les applications alors prêtes à fonctionner soient autrement meilleures que celles avec lesquelles j’ai joué ces dernières semaines. Bernard Le Du